logo_accueil

Présentation

La terre de Kanaky, appelée Nouvelle-Calédonie par le colonisateur, se trouve dans le Pacifique Sud, à l'est de l'Australie et au nord de la Nouvelle-Zélande. Arrivés dès les années 1840, les missionnaires européens ont ouvert la porte aux militaires français (années 1850) qui "pacifièrent" l'île jusque dans les années 1870-80. Nouméa pris toute son importance en devenant le lieu d'exil de bagnards (1864), accueillant notamment des "Communards" dès 1871, la République reprenant à son compte les pratiques bonapartistes de déportation.

Cartothèque

carte nouvelle caledonie

La Kanaky, colonie française

>Les pouvoirs politiques et économiques sont aux mains, depuis des décennies, de véritables clans composés de descendants européens. Soutenus par la République française, ces élites lui assurent en retour une exploitation fructueuse des ressources de l'île (nickel, chrome, cobalt, fer, cuivre, or) et un loyalisme politique à toute épreuve. Jacques Lafleur, potentat de l'île, bien qu'en perte de vitesse, est l'homme lige de Jacques Chirac et complice de toutes ses manœuvres, comme Gaston Flosse l'a longtemps été en Polynésie.
Certains médias émergent et n'ont de cesse de critiquer la politique calédonienne (cf liens), malgré des menaces répétées. Le prochain référendum sur l'autodétermination est prévu pour 2014, date à laquelle nombre de mines de nickel seront épuisées...

>Sur le plan social, la Nouvelle-Calédonie connaît une grande diversité ethnique et linguistique (28 langues mélanésiennes). La culture kanak reste tràs présente en dehors de Nouméa, agglomération de 146 000 habitants (plus de 50 % de la population totale) au mode de vie européanisé. La vie en brousse (en dehors de Nouméa) a deux visages : vie kanak, en tribu, ou vie caldoche, entre ville et "ranch".


Wikipedia.fr

Liens